Aller au contenu

Foghorn de Frédéric-Jacques Temple (1971)

Quelque part
dans la nuit sale
quelque part
en mer
dans l'orbite noire de la brume défoncée
foghorn
une voix
quelque part
quelque chose comme un oeil
sombre
sur les mâts
un capitaine
des hommes qui veillent
au grain
un pont lisse de silence humain
et cette voix rauque
dans le tunnel de la brume
quelque part où va
quelque navire
pas de ciel pas de mer
cette voix 
seule.
Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *